LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'ONU APPELLE LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE À ÉTENDRE LA COOPÉRATION NUMÉRIQUE

Il lance un appel à l'action pour CONNECTER, RESPECTER et PROTÉGER toutes les personnes à l'ère numérique.

 

Dans sa nouvelle Feuille de route pour la coopération numérique, le Secrétaire général de l'ONU, M. António Guterres, lance un appel à l'action pour CONNECTER, RESPECTER et PROTÉGER toutes les personnes à l'ère numérique.lance

Le Secrétaire général des Nations unies, M. António Guterres, a présenté aujourd'hui une série de recommandations destinées à la communauté internationale afin de contribuer à ce que toutes les personnes soient connectées, respectées et protégées à l'ère numérique. La Feuille de route pour la coopération numérique du Secrétaire général résulte d'une démarche mondiale, pluriannuelle et multipartite pour traiter une série de questions liées à l'Internet, à l'intelligence artificielle et à d'autres technologies numériques.

La Feuille de route est publiée à un point d'inflexion critique pour les questions numériques, la pandémie COVID-19 ayant notamment pour effet d’accélérer la numérisation et d’amplifier tant les opportunités que les défis posés par la technologie numérique. 

Les avantages de la technologie numérique mis en évidence par la pandémie – comme la collaboration dans la recherche d’un vaccin, le travail et l'apprentissage à distance, sans oublier le commerce électronique – traduisent également un écart de plus en plus profond entre les personnes qui sont connectées et celles qui ne le sont pas. Près de la moitié de la population mondiale – 46,4% selon l'Union internationale des télécommunications – ne profite pas de l'ère numérique faute de pouvoir se connecter à Internet. Les femmes sont touchées de manière disproportionnée : elles ne représentent en effet que 48% de connexions mondiales. En outre, de nouvelles vulnérabilités apparaissent parallèlement aux efforts pour connecter davantage de personnes : les cyber-attaques et la désinformation menacent ainsi les droits, la vie privée et la sécurité de chacun.

La rapidité d'adoption de la technologie numérique dépasse nos capacités de réaction politique et de gouvernance aux niveaux national, régional et mondial. La nouvelle Feuille de route du Secrétaire général cherche à combler ces lacunes par des actions concrètes destinées à exploiter le meilleur de la technologie tout en minimisant ses risques. 

« Pour tirer pleinement parti de ses avantages et limiter ses inconvénients potentiels, nous devons faire en sorte que l'ère numérique soit définie par une coopération internationale renforcée », a déclaré M. António Guterres, Secrétaire général des Nations Unies. 

« Le cyberespace ne connaît pas de frontières. Aujourd'hui, j'appelle tous les États Membres des Nations unies, ainsi que nos partenaires dans l'industrie et la société civile, à étendre leur coopération sur les questions relatives à la technologie numérique. Ce n'est qu'en travaillant ensemble que nous pourrons connecter tout le monde d'ici à 2030, respecter les droits de l'homme en ligne et protéger les personnes les plus vulnérables face aux dangers potentiels de l'ère numérique. »

Pour connecter, respecter et protéger tous les personnes en ligne, la Feuille de route présente les recommandations du Secrétaire général en vue d’une action concrète de la part des parties concernées pour renforcer la coopération numérique mondiale dans les domaines suivants :

 

  1. Parvenir à une connectivité universelle d'ici à 2030 : tout le monde devrait avoir un accès sûr et abordable à Internet.
  2. Promouvoir les biens publics numériques pour permettre l’avènement d’un monde plus équitable : le caractère public et ouvert d'Internet devrait être accepté et défendu.
  3. Assurer l'inclusion numérique de toutes et de tous, notamment les groupes les plus vulnérables : pour accélérer le développement, les personnes les moins bien desservies doivent bénéficier d’un accès égal aux outils numériques.
  4. Renforcer les capacités numériques : le renforcement des compétences et la formation sont nécessaires dans le monde entier.
  5. Assurer la protection des droits de l'homme à l'ère numérique : les droits de l'homme s'appliquent tant en ligne que hors ligne.
  6. Soutenir une coopération mondiale en matière d'intelligence artificielle qui soit digne de confiance, respectueuse des droits de l'homme et propice à la paix. 
  7. Promouvoir la confiance et la sécurité numériques en appelant à un dialogue mondial pour faire progresser les Objectifs de développement durable.
  8. Bâtir une architecture plus efficace de coopération numérique : faire de la gouvernance numérique une priorité et concentrer l'approche des Nations Unies.

 

La Feuille de route du Secrétaire général s'appuie sur les recommandations du Groupe de travail de haut niveau sur la coopération numérique et sur les contributions des États Membres, du secteur privé, de la société civile, de la communauté technique et d'autres groupes de parties prenantes. Le Groupe de travail de haut niveau sur la coopération numérique, co-présidé par Mme Melinda Gates et M. Jack Ma, reflétait un mélange inédit de disciplines et de secteurs ainsi qu’une grande diversité géographique, de genre et d'âge. Le rapport du groupe d'experts, soumis en juin 2019, a été suivi d'une vaste campagne de sensibilisation et de consultations auprès des parties prenantes pour recueillir des contributions et rédiger la Feuille de route. 

lien: https://www.un.org/en/content/digital-cooperation-roadmap

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
ONU
Nations Unies