Dialogue régional de haut niveau sur l’emploi en Afrique du Nord

Lieu: Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE), Rabat

 

M. Mohamed Yatim, Ministre de l’Emploi et de l’insertion professionnelle,

M. Ahmed Reda Chami, Président du Conseil Economique, Social et Environnementale (CESE) du Royaume du Maroc 

Monsieur le Président du Conseil Economique, Social et Environnementale (CESE) de la République Centrafricaine

Mme. Lilia Hachem Naas, Directrice du Bureau de la CEA- Afrique du Nord

Mesdames et messieurs,

Merci de m’avoir invité à cette importante réunion de dialogue sur l’emploi dans la région d’Afrique du Nord. Je voudrais également remercier le Conseil Economique, Social et Environnementale (CESE) du Royaume du Maroc et le Bureau CEA- Afrique du Nord pour cette initiative de réunir hauts responsables et experts autour de cette question cruciale pour les pays de la région.

Mesdames et messieurs,

L’emploi est au cœur de l’agenda 2030 adopté par les pays membres des Nations Unies. Cet agenda a consacré un objectif spécifique à l’emploi, qui est l’objectif 8 : La croissance économique et l’emploi décent pour tous. L’emploi est le corollaire de la croissance économique et sociale, mais il va plus loin pour embrasser l’ensemble des 17 objectifs de développement durable. L’emploi décent est au cœur des droits et de la dignité humaine, il est également en étroite connexion avec la cohésion du tissu social. C’est l’un des axes les plus importants pour bâtir des sociétés solides, résilientes, intégrées et durables. C’est la raison pour laquelle, en Afrique du Nord, comme dans la région Afrique en général, la question de l’emploi revêt une d’importance toute particulière. La région n’a jamais eu autant de jeunes. Elle n’a jamais eu autant de jeunes éduqués, cultivés, connectés ; mais aussi de jeunes exigeants car ouverts sur le monde. La jeunesse dans les pays de la région est un extraordinaire potentiel de ressources humaines qui peut encourager la croissance économique et créer les richesses. Le rapport récent du département du développement économique et social des Nations Unies sur les jeunes et l’agenda 2030 a mis en évidence, cependant, un important fossé au niveau mondial entre le potentiel des jeunes et le déficit en formation qui entrave leur accès au marché du travail. Dans le monde, il y a 71 millions de jeunes chômeurs et des millions d’autres dans des emplois précaires ou informels.  Ce rapport a aussi appelé à construire des programmes capables de répondre aux besoins particuliers des jeunes et de promouvoir l’entreprenariat des jeunes.

Mesdames et messieurs,

Tout au long de cette année 2019, en célébration du centenaire de sa plus ancienne organisation, l’Organisation Internationale du Travail, le système des Nations unies engage des réflexions profondes sur les questions du travail. Il y a quelques jours, au siège des Nations Unies à New York, une réunion de haut niveau en présence de la présidente de l’Assemblée générale et du secrétaire général a engagé une discussion de fond sur l’avenir du travail. Dans un monde de plus en plus connecté et de plus en plus technologique et automatisé, comment sera le travail ? Quelle sera la place de l’Homme avec le développement très rapide de la mécanisation et de l’intelligence artificielle ? De quelles formations nous aurons besoin ? et à quel rythme face à l’évolution supersonique des connaissances et des aptitudes ? Comment faire face à l’extraordinaire développement du travail à temps partiel ? du travail en ligne ? à partir de chez soi ? Quels types de contrats de travail et d’encadrement juridique pour ces nouvelles formes d’emploi ? Autant de questions qui façonneront les contours de l’avenir du travail et de l’emploi.

Ces discussions au niveau du siège des nations unies seront davantage approfondies lors de deux forums politiques de haut niveau sur le développement durable. Le premier va avoir lieu bientôt en juillet prochain dans le cadre du conseil économique et social. Le second aura lieu dans le cadre de la prochaine session de l’Assemblée générale des nations Unies en septembre prochain. Votre réflexion et votre dialogue est très important car il peut réellement informer non pas uniquement les politiques nationales dans les pays d’Afrique du Nord, mais aussi le débat global en cours, au niveau de tout le système des Nations Unies. Je souhaite le plein succès à vos travaux.

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
CEA
Commission économique pour l'Afrique