Clôture de la semaine de l'industrialisation de l'Afrique avec un appel à soutenir l`accélération de l'industrialisation durable et inclusive du continent

avec  thème "Une industrialisation inclusive et durable à l'ère de la ZLECAf"

Le développement industriel est d'une importance capitale pour une croissance économique soutenue et inclusive dans les pays africains. L'industrie peut améliorer la productivité, accroître les capacités de la main-d'oeuvre et créer des emplois. L'industrialisation aidera les pays africains à atteindre des taux de croissance élevés, à diversifier leurs économies et à réduire leur exposition aux chocs extérieurs. Cela contribuera de manière substantielle à l'éradication de la pauvreté par la création d'emplois et de richesses. Compte tenu de l'importance de l'industrialisation pour la transformation structurelle, le 20 novembre a été annuellement consacré à la Journée de l'industrialisation de l'Afrique (AID). La journée a été adoptée par l'assemblée des chefs d'État et de gouvernement de l'Organisation de l'Unité Africaine lors de sa vingt-cinquième session ordinaire tenue le 26 juillet 1989 à Addis-Abeba, laquelle a été suivie par la résolution 44/237 de l'Assemblée générale des Nations Unies «AGNU» du 22 décembre 1989. L'AID offre aux principales parties prenantes l'occasion de réfléchir à l'industrialisation de l'Afrique. Depuis 2018, la Journée de l'industrialisation de l'Afrique a été commémorée avec succès par des événements d'une semaine, une innovation marquant un départ de la tradition de mise en place d'une journée pour donner plus de temps compte tenu de son importance pour la cause de l'Afrique pour la réalisation de la transformation structurelle, comme point d'entrée vers la réalisation des objectifs de l'Agenda 2063 et l`agenda2030. À la lumière du lien entre l'industrialisation et le commerce, ainsi que le début des échanges dans le cadre de l'Accord sur la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et l'urgence de se remettre mieux et plus rapidement de la pandémie du COVID-19, cette journée présente une occasion de réfléchir sur les moyens d'accélérer l'industrialisation de l'Afrique et de rallier l'élan politique, les ressources, les partenariats et les alliances souhaités en vue d'une dynamique d'industrialisation africaine. En coopération avec la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (CEA), l'Agence de Développement de l'Union Africaine (AUDA-NEPAD), l'Initiative AfroChampions, l'Agence Nationale Nigérienne pour l'Economie des Conférences (ANEC) et l'Organisation des Nations Unies pour e Développement Industriel (ONUDI), la 2/2 Commission de l'Union Africaine (CUA) ont organisé le 20 novembre 2020 une session de haut niveau sur la Journée de l'industrialisation de l'Afrique (AID)en l'honneur de Son Excellence M. Mahamadou Issoufou, Président du Niger et Champion de la ZLECAf, pour avoir conduit le programme d'industrialisation sur le continent. La célébration de cette année a offert une nouvelle occasion de réaffirmer l'engagement des États membres de l'Union africaine (UA) et celui de la communauté internationale à accélérer le développement industriel inclusif et durable du continent africain sous le thème "Une industrialisation inclusive et durable à l'ère de la ZLECAf". Le choix du thème de cette année n'aurait pas pu être plus approprié, étant donné l'imminence du début des échanges commerciaux dans le cadre de la zone de libre-échange continentale africaine le 1er janvier 2021. Cette nouvelle zone commune permettra un accès à un marché libre de 3 Milliards USD, constitué de plus de 1,3 milliard de consommateurs. Elle offre aussi aux pays africains la possibilité de se diversifier en s'affranchissant de leur dépendance à l'égard des produits de base et en augmentant le commerce intra-africain de produits manufacturés. Une telle transformation structurelle peut faciliter une reprise plus rapide des économies africaines, dont la plupart sont actuellement en récession à cause de la pandémie COVID-19. Dans ce contexte, la commémoration de cette année offre une occasion unique pour consolider la vision du continent en vue de construire une Afrique résiliente et autonome tout en utilisant la plate-forme de l'intégration économique continentale. De grandes perspectives d’économies d'échelle et de gamme s'ouvriront, attirant des investissements accrus de la part des petites et grandes entreprises. Le fonctionnement de la ZLECAf signale également l'engagement de l'Afrique à préserver le système commercial multilatéral. Alors que la ZLECA entre en vigueur, le défi que doivent relever les gouvernements et les entrepreneurs africains est de créer des emplois décents pour les 170 millions de jeunes Africains qui devraient entrer sur le marché du travail entre 2020 et 2030. Le développement des compétences industrielles devient essentiel à cet égard. La CUA, l'AUDA-NEPAD, la CEA, l'Initiative des AfroChampions et l'ONUDI, à travers l'organisation de cette Journée et Semaine de l'industrialisation de l'Afrique, appellent donc d'une seule voix toutes les parties prenantes à accroître leur soutien à l'industrialisation durable et inclusive du continent, alors que nous entrons dans l'ère de la ZLECA. Les participants à cette journée ont également formulé un ensemble de recommandations dans le but de déclencher des actions à court et à moyen terme, spécifiques et adaptées, afin de catalyser des initiatives pour l’accélération des projets d’industrialisation du contient. Parmi les actions proposées : la mise en oeuvre d’une stratégie globale pour favoriser un dialogue public-privé (DPP) panafricain, l’alignement des compétences pour une meilleure absorption du marché du travail et une productivité accrue au niveau des PME industriels. Egalement l’amélioration du système de partage et de diffusion des informations sur les marchés et le opportunités d’échanges commerciaux.

Entités des Nations Unies impliquées dans cette initiative
ONUDI
Organisation des Nations unies pour le développement industriel